PHILOCOURS.COM



Accueil
Cours
Corriges
Methode
Dossiers
Liens
Aide Perso
Fiches Bac
Programmes
Bibliographie
Accès Elèves

 

Accueil > Corrigés > Le droit à la bêtise ?

Le droit à la bêtise ?

page créée le 25/10/2004

 
Vous pouvez consulter l'introduction et le plan de ce sujet. Si vous souhaitez lire le reste du corrigé entièrement rédigé vous devrez rentrer un code dans le formulaire en bas de page

 

liens associés

 


Introduction


Spontanément, la question qui nous est posée frappe par son caractère paradoxal. Comment peut-on envisager, en effet, un droit à la bêtise, alors que la bêtise est ce que, depuis tout petit, on nous interdit de faire ? « Ne fais pas de bêtise(s), sinon tu auras une fessée ! », « arrête de dire des bêtises », etc. : qui ne s’est jamais entendu dire ça ? La bêtise est, si on se réfère donc à l’usage le plus courant de ce mot, du côté de ce qu’il ne faut pas faire, à moins d’être réprimandé, puni. Employer le mot de « bêtise » renvoie toujours, semble-t-il, à un jugement de valeur négatif sur une action ou sur une parole, un discours.

Pourquoi alors poser la question de savoir s’il peut exister un « droit » à la bêtise ?

Dira-t-on peut-être que la bêtise, telle celle de l’enfant dont nous parlions tout d’abord, peut être tolérée, et peut-être après tout bénéfique ? On pensera alors à d’autres expressions du langage courant, du genre : « j’ai fait une grosse bêtise ». Ici, il ne s’agit plus à proprement parler de la bêtise commise par un enfant, mais par un adulte, certes ; mais il s’agit pratiquement de la même chose : il s’agit de quelque chose que l’on a fait ou dit par inadvertance, par ignorance, par manque de réflexion. Ne dira-t-on pas ici que si la bêtise est pratiquement la même chose que l’erreur, on nous demande alors si la bêtise peut être tolérée, parce que propre à l’homme ? (cf. l’expression : « l’erreur est humaine »)

Cette dernière phrase ne peut pourtant que nous choquer par le nouveau paradoxe qu’elle semble cacher. En effet, nous venons de dire que la bêtise serait propre à l’homme. Pourtant, en philosophie, ne disons-nous pas que c’est plutôt la raison qui est le propre de l’homme, qui le différencie des autres espèces animales ? La question qu’on nous pose nous pousse alors à interroger en profondeur la « nature humaine ». Ne parlons plus de l’enfant mais de l’adulte. N’est-il pas de son devoir de respecter ce qui fait de lui un homme, c’est-à-dire, sa raison, sa réflexion ? Si la bêtise revient à ne pas user de sa réflexion, de sa raison, alors, certes, on n’ira pas condamner cet homme et le mettre en prison (sauf si cette bêtise le pousse à commettre des actes ou à proférer des propos que la loi de l’Etat juge être un délit), mais n’est-ce pas hautement blâmable ? Ici, le sujet nous invite à interroger le « droit à la bêtise » comme on pourrait très bien réfléchir sur le « droit à la différence » : que doit-on faire face à des gens qui vivraient perpétuellement dans la bêtise, dans l’ignorance, dans la non réflexion ? Doit-on laisser faire, en arguant du fait que nul n’a le droit d’imposer à autrui un certain mode de vie, ou certaines valeurs ? Le relativisme moral peut-il être défendu jusqu’au bout ? Vivre dans la « non-raison », n’est-ce pas une atteinte grave à l’idée d’humanité ?

Nous essaierons de répondre à ces questions tout en prenant pour fil directeur le paradoxe de la bêtise, à la fois humaine et non humaine…

Première partie : La bêtise, comme l’erreur, est humaine, et semble même être nécessaire pour que l’homme devienne vraiment un homme… Il semble donc que parler d’un droit à la bêtise ne soit pas si choquant que cela : la bêtise doit être tolérée !

Seconde partie : le droit à la bêtise, dès lors, un paradoxe : peut-on vraiment accepter le droit de vivre dans l’ignorance, dans la non réflexion ?

Troisième partie : remise en question du présupposé de la question : la bêtise ferait de nous des bêtes ? Elle serait donc notre côté non humain ?

Conclusion

Paiement sécurisé par Rentabiliweb
Solutions de paiements sécurisés
Secure payment solution
Choisissez votre pays et votre moyen de paiement pour obtenir votre code
Please choose your country and your kind of payment to obtain a code
Votre navigateur doit accepter les cookies
Please check that your browser accept the cookies

 

 

Accueil > Corrigés > Le droit à la bêtise ?
© Philocours
Accueil | Haut de page