PHILOCOURS.COM



Accueil
Cours
Corriges
Methode
Dossiers
Liens
Aide Perso
Fiches Bac
Programmes
Bibliographie
Accès Elèves

 

Accueil > Cours > Cours vivant
page 1 |

Cours Vivant

page créée le 6/ 03/ 2005

 

 

Résumé: Nous nous demanderons ici si le vivant est un objet comme les autres. C'est une question d'abord ontologique, puisqu'il s'agit de savoir quel genre d'objet est l'être vivant. Mais la question est également éthique puisqu'il s'agit de savoir ce que nous avons le droit de faire ou de ne pas faire dans le domaine du vivant. Savoir précisément de quoi on parle quand on parle d'être vivant , permettra de répondre à cette question éthique.

liens associés

 

 

page 1

I- Le mécanisme cartésien : le corps-machine

II- Critique du mécanisme cartésien : le vitalisme

A- la spécificité du vivant (Kant), ou : qu’est-ce qui distingue une machine d’un être vivant ?
B- le vitalisme

1) l’âme comme principe de vie (Aristote)
2) le principe de finalité
3) du finalisme interne au finalisme externe (le vivant comme preuve de l’existence de Dieu ?)

III- Peut-on se passer du principe de finalité ?


A- la critique de la preuve par le « design » (ou téléologique) : Hume, Dialogues sur la religion naturelle
B- la théorie de la sélection naturelle de Darwin : le vivant est le fruit de la sélection naturelle ; on se passe définitivement de la finalité ou de Dieu

 


 


Introduction

Nous soulèverons dans ce cours deux questions :

(1) Une question éthique : peut-on faire ce que l’on veut du vivant ? Ie, des êtres vivants en général, mais aussi, de mon corps, de mes organes ?

• Cf. bio-éthique : réflexion critique sur les connaissances scientifiques dans le domaine de la vie, et surtout, sur leurs applications pratiques (précision : si la bio-éthique est une discipline récente, aux confins de la philo, du droit, et de la théologie, on a tout de même depuis toujours réfléchi de manière critique sur ce que l’on pouvait faire ou ne pas faire dans le domaine de la vie : cf. interdiction, qui a d’ailleurs longtemps retardé les progrès scientifiques, de disséquer des cadavres ; serment d’Hippocrate)


• Il semble que en ce domaine tout ne soit pas permis : on n’a pas le droit de vendre son ou un corps, en totalité ou en partie, etc. Questions du genre : peut-on breveter le vivant ?

• Il est clair que le « peut-on » ne signifie pas la possibilité ; il s’agit justement de savoir si malgré la possibilité ouverte par la science, on a le droit de…

• Ici, il s’agit d’un problème plus large : celui de la technique

 

(2) Une question ontologique : qu’est-ce que le vivant ? Est-ce un objet comme les autres, ou bien un être doté de qualités spécifiques, qui en feraient par exemple un être digne de respect ?

Définition du vivant :


o organisme, ensemble constitué par des éléments ou organes remplissant des fonctions différentes et coordonnées


o définition plus « technique » : ensemble unifié et relativement autonome, présentant des fonctions spécifiques : la reproduction, l’action de se nourrir ; la résistance à l’extérieur, en même temps que le besoin d’être en relation continuelle avec lui


• Quoi d’exceptionnel dans cette définition ? : pour être organisé, un être ne doit-il pas avoir quelque chose comme une âme… ou être produit, peut-être, par quelque chose comme une âme ?


• On se demandera ici si la finalité dont paraît être doté cet être est réelle, ou seulement une illusion toute humaine

La réponse à (1) doit donc passer par une réponse à (2), ce qui fera l’objet du cours. Après quoi nous pourrons répondre à (1) dans notre conclusion. On veut d’abord savoir de quel genre d’être on parle, et ensuite on se demandera si c’est seulement parce que la technique remet en question la condition humaine et sa terre d’accueil….

Si l’on interroge aujourd’hui un étudiant en sciences, il nous dira que l’être vivant n’est pas un être exceptionnel. Cette réponse était déjà celle de Descartes au 17e, et domine aujourd’hui les livres scolaires. On appelle cette conception le mécanisme. Qu’est-ce que le mécanisme ?

 

I- Le mécanisme cartésien : le corps-machine

Lisons le texte suivant de Descartes.


Descartes, Les principes de la philosophie, IV, art. 203 :

(…) toutes les choses qui sont artificielles, sont avec cela naturelles. Car, par exemple, lorsqu’une montre marque les heures par le moyen des roues dont elle est faite, cela ne lui est pas moins naturel qu’il est à un arbre de produire ses fruits. (…)

 

Définition générale du mécanisme : ensemble de pièces agencées pour produire ou transmettre un mouvement.

Caractéristique essentielle du mécanisme cartésien : postule que les êtres vivants sont comparables à des machines. La structure des êtres vivants est comparable à celle des poulies et autres leviers qui composent les machines : leur agencement est descriptible de manière purement physique, sans qu’il soit nécessaire de supposer un principe intelligible supérieur. Un être vivant est de la matière en mouvement, point. On ne met pas l’accent sur la distinction matière vivante et inerte, qui ne suppose pas de saut fondamental.

NB : c’est la définition du vivant communément acceptée en biologie : le vivant ou les phénomènes vitaux s’expliquent sans intervention de la finalité, par des causes efficientes ou des propriétés physico-chimiques.

Conséquence : les animaux n’ont pas d’âme ; un être vivant n’ayant rien de spécifique, on ne voit pas en quoi on pourrait bien alors parler de « droit à la vie ». On peut faire ce qu’on veut d’un animal !

Précisons qu’il y a une petite ambiguïté dans cette théorie : Descartes veut-il dire que le corps vivant est réductible à la matière et au mouvement, c’est-à-dire, qu’il une machine ? Ou bien qu’on n’a besoin de rien d’autre pour le connaître ?

Pour accéder à la suite du cours, vous devez entre votre code dans la zone ci-dessous

Paiement sécurisé par Rentabiliweb
Solutions de paiements sécurisés
Secure payment solution
Choisissez votre pays et votre moyen de paiement pour obtenir votre code
Please choose your country and your kind of payment to obtain a code
Votre navigateur doit accepter les cookies
Please check that your browser accept the cookies

 

 

Accueil > Cours > Cours vivant page 1 |
© Philocours
Accueil | Haut de page