PHILOCOURS.COM



Accueil
Cours
Corriges
Methode
Dossiers
Liens
Aide Perso
Fiches Bac
Programmes
Bibliographie
Accès Elèves

 

Accueil > Cours > Cours La conscience est-elle le propre de l'homme ?
page 1 | 2 | 3 | 4 |

La conscience est-elle le propre de l'homme ?

page créée le 30/09/2006

 

 

Résumé:

liens associés


 

 

 

I- Qu’est-ce que la conscience ? Est-elle commune aux êtres vivants et aux êtres humains, ou bien seulement propre aux humains ?


A- les différents degrés de conscience : la conscience, ce qui caractérise le vivant ? (la conscience, un simple rapport au monde ?)


1) Pour le savoir, essayons de réfléchir sur quelques exemples, en partant des choses inertes pour aller jusqu’aux hommes


2) Il existe d’ailleurs plusieurs définitions de la conscience, ce qui semble confirmer notre analyse

a) Leibniz et les petites perceptions
b) tableau récapitulatif des définitions de la conscience communément acceptées

B- La conscience immédiate est-elle vraiment possible sans conscience de soi ? (la conscience comme faculté de synthèse, comme savoir)

1) la synthèse perceptive : qu’est-ce que percevoir le monde, un objet ? (Descartes, Méditations métaphysiques, le morceau de cire)

a) le point de vue du sens commun au crible du morceau de cire : connaissons-nous les choses par l’intermédiaire de nos sens ?
b) la distinction perception et sensation

2) cela ne suppose-t-il pas la capacité de faire la synthèse de soi-même, de se percevoir comme une personne ? (cf. Locke, Essais sur l'entendement humain, la notion d'identité personnelle)


C- Descartes : l’essence de la conscience résiderait dans la pensée (le cogito)

 

II- Avoir conscience de soi fait-il la misère ou la grandeur de l’homme ?

A- La grandeur de l’homme ?

1) capacité d’agir moralement


2) Sartre (l’existentialisme) : la conscience est liberté

B- La misère de l’homme ?

1) conséquences de la thèse de Sartre : nous sommes condamnés à être libres


2) Pascal, Pensées,
le roseau pensant...

 

 


Introduction

La notion de conscience est en général utilisée pour qualifier les hommes, à la différence des autres êtres vivants, et même des animaux. La conscience serait donc un attribut spécifiquement humain, qui contribuerait à en faire un être à part au sein de la nature, qui en ferait un être, sans doute, capable de s’arracher au règne du naturel. Mais qu’est-ce exactement que la conscience ? On l’emploie d’une façon finalement assez vague, car on dit souvent que l’homme est aussi l’être doué de penser, de raison, d’un esprit. La conscience serait-elle alors l’une des facultés de notre esprit ? La conscience serait-elle l’esprit en son entier ? Avoir conscience de quelque chose, est-ce penser cette chose ? Si l’on prend l’étymologie du mot, cf. « cum-scire », il semble que l’on doive répondre que la conscience est une forme de savoir. Mais alors quelles sont ses caractéristiques ? A-t-elle un objet particulier ? A quoi se rapporte-t-elle ? Et cette forme de savoir est-elle vraiment inaccessible aux autres êtres vivants ?

Commençons à réfléchir un peu sur la façon dont on utilise ce terme dans la vie courante.

(1) « es-tu bien conscient de ce que tu es en train de faire ? »
(2) « avoir conscience du monde et de soi est le propre de l’homme »
(3) « Gertrude a perdu conscience, elle est dans le coma »

Dans le premier exemple, on veut dire : « est-ce que tu te rends compte ? », « est-ce que tu réfléchis » ; il y a ici l’idée d’un certain recul qu’il faudrait prendre quand on agit. Cela s’oppose à l’action effectuée machinalement, automatiquement, sans réflexion.

Dans le second exemple, on sous-entend également les mêmes caractéristiques : avoir conscience ici c’est savoir, se rendre compte que (il existe un monde extérieur, que j’existe, etc.).

Dans le dernier exemple, on sous-entend en plus que ne plus avoir conscience c’est avoir perdu tout contact avec le monde extérieur. C’est ne plus penser, ne plus percevoir, ne plus sentir, etc. Il reste ici juste la respiration et les fonctions végétatives élémentaires.

Si donc être en vie ne suffit apparemment pas pour dire qu’il y a conscience, il paraît pourtant que nous ayons quand même ici un peu avancé par rapport à tout à l’heure : la conscience cela paraît signifier souvent réfléchir, mais également, elle semble être également ce qui nous relie au monde. Peut-être après tout peut-on considérer qu’il y a différentes formes de conscience ? N’y a-t-il pas plusieurs manières d’être en contact avec le monde extérieur ? Ou bien être conscient ne voudra-t-il dire que savoir qu’on est relié au monde (et éventuellement à soi-même qui nous rapportons à ce monde) ? C’est ce à quoi on devra ici répondre.

Pour accéder à la suite du cours entrer votre code ci-dessous

Paiement sécurisé par Rentabiliweb
Solutions de paiements sécurisés
Secure payment solution
Choisissez votre pays et votre moyen de paiement pour obtenir votre code
Please choose your country and your kind of payment to obtain a code
Votre navigateur doit accepter les cookies
Please check that your browser accept the cookies

 


 

 

 

Accueil > Cours > Cours La conscience est-elle le propre de l'homme ? page 1 | 2 | 3 | 4 |
© Philocours
Accueil | Haut de page